Posts made in février, 2016

Grand yatagan fin XVIIIe / début XIXe siècle.

Articles par à Fév 28, 2016 dans Antiquité, Slider | 0 commentaires

Grand yatagan fin XVIIIe / début XIXe siècle.

Grand  yatagan ottoman fin XVIII / début XIXe siècle. Fusée typique « à grandes oreilles » avec plaquettes de corne brune, séparées par une bande de laiton ciselée de filets. (quelques trous d’insectes d’un côté de la corne) Puissante lame (70 cm) à courbure inversée et profil en « T », montée au plomb. Elle est ornée sur chaque face et au dos, de calligraphie et de motifs géométriques. Les deux renforts de plomb sont soulignés sur chaque face d’une frise de fleurs et l’un d’eux est gravé naïvement au trait, de trois pyramides. Fourreau de chagrin noir à « gros grains » sur ossature de bois, comportant des bourrelets retenant deux garnitures de laiton découpées en accolades, tandis que la bouterolle est constituée du classique « dé à coudre » cloué. La chape et la pièce intermédiaire supportent trois anneaux de laiton permettant le port à l’européenne, le fourreau suspendu à des bélières. Le dos de la chape est gravé « au point »:  » Valemaz ou Valemoz, 3e D ». Prix : 400...

Lire la suite..

Dragonne d’officier début XIXe siècle

Articles par à Fév 27, 2016 dans Antiquité, Slider | 0 commentaires

Dragonne d’officier début XIXe siècle

Dragonne d’officier d’époque Empire/Restauration. Cordon en fil doré, de section circulaire (longueur 54,5 cm), avec coulisse tressée également en fil doré. Corps constitué de  fils rouge en chevrons sur âme de bois (un point d’usure). Floches rouges au centre et dorées sur le pourtour. Très bon état général, hormis une petite usure en partie haute du cordon et en un endroit du corps. Prix : 500 Euros.   ...

Lire la suite..

Epée d’officier supérieur Modèle 1816.

Articles par à Fév 14, 2016 dans Epée, Slider | 0 commentaires

Epée d’officier supérieur Modèle 1816.

Epée d’officier supérieur Modèle 1816. Monture en bronze doré (dorure d’origine à 95 %). Pommeau ciselé des foudres d’état-major. Garde comportant une bague centrale avec de chaque côté et sur chaque face, une frise de feuilles de chêne et de lauriers. Fusée d’écaille filigranée d’un fil surlié. Le plateau figure en son centre un écu couronné comportant trois grandes fleurs de lys, avec de part et d’autre un rameau de lauriers. Le tout reposant sur un faisceau de six drapeaux. Quillon ciselé d’une tête de lion. Contre clavier « à pompe », fonctionnel. Lame (81,5 cm) de section losangique, gravée Manuf-ture R de Klingenthal, Coulaux et Cie, présentant deux gouttières sur la moitié de la longueur sur chaque face. (deux poinçons « B » et « D » sous couronnes de chaque côtés au talon, lame sans oxydation mais en patine grise, cravate rouge enfilée autour du talon ultérieurement) Fourreau de cuir sur ossature (vraisemblablement postérieur) à deux garnitures laiton. La chape comporte un bouton orné d’une palmette et la bouterolle est ciselée de frises de feuillages.   Prix :...

Lire la suite..