Epée

Lame et parties de monture d’épée, fin XVII / début XVIII ème siècle

Articles par à Sep 17, 2018 dans Epée, Slider | 0 commentaires

Lame et parties de monture d’épée, fin XVII / début XVIII ème siècle

Pommeau globuleux en laiton, fusée filigranée de laiton et bagues basales moulurées. Nœud de corps à très larges pas d’âne. Quillon et branche de garde absents. Embase rectangulaire à moulures. Plateau bivalve à moulure périphérique. Très bonne lame (74,5 cm) en patine grise, à double tranchant. Elle comporte à la base et sur chaque face un méplat ( 12 cm) comportant des inclusions géométriques en laiton (un petit manque sur l’une des faces). Idéal pour pièces détachées en bon état. Prix : 300...

Lire la suite..

Paire d’épées de duel.

Articles par à Mai 23, 2018 dans Epée, Slider | 0 commentaires

Paire d’épées de duel.

Paire d’épées de duel datant du milieu du XIX ème siècle. Monture en laiton ciselé. Pommeaux « en urnes », décorés en ronde-bosse de palmettes et de feuilles d’acanthes. Fusées de galuchat gris filigranées. (aucun accident ni manque) Très larges plateaux finement ciselés de grappes de raisins et de feuilles de vigne. Dessous des plateaux unis et ornés d’un filet sur leur pourtour. Puissantes lames triangulaires ( 86,3 cm) en patine grise. Prix : 600...

Lire la suite..

Rapière « squelette », fin du XVI ème siècle.

Articles par à Mai 1, 2018 dans Epée, Slider | 0 commentaires

Rapière « squelette », fin du XVI ème siècle.

Imposante rapière « squelette » datant des années 1580/1610. Monture entièrement en acier uni. Pommeau en tronc de cône. Monture multi-branche à anneaux multiples et large garde en « S ». Fusée entièrement filigranée d’un fil de fer torsadé. Lame (105cm), à long ricasso rectangulaire (7 cm), puis losangique. Fourreau de cuir noirci sur ossature bois, avec bouterolle en acier cousue sous le cuir (fourreau ancien, mais probablement postérieur). L’ensemble est en patine noire, sans aucune trace d’oxydation profonde, seulement quelques très légères traces de peinture murale blanche au pommeau et sur la partie interne de la garde. Pièce « jamais touchée » et tout à fait exceptionnelle dans un tel état de conservation. (hormis sa garde en « S », cette épée est en tous points identique à celle figurant sur la couverture de l’ouvrage « Pictorial history of Swords and Bayonets »de R.J Wilkinson-Latham, paru en 1973, cf photo) Longueur totale : 117 cm. Prix : 4 500 Euros.            ...

Lire la suite..

Epée d’officier de Marine

Articles par à Mar 31, 2018 dans Epée, Slider | 0 commentaires

Epée d’officier de Marine

Epée d’officier de Marine d’époque IIIème république. Monture entièrement en bronze gravé ciselé et doré (dorure un peu terne mais bien présente à plus de 80%). Pommeau tronconique orné au sommet, d’une fleur supportant la rivure et sur les côtés de coquilles Saint-Jacques. Branche de garde arrondie gravée de frises de feuillages avec une bague perlée en partie médiane. Clavier orné en partie centrale d’une ancre encordée,  brochant sur des faisceaux de drapeaux, avec de part et d’autre des rameaux de lauriers et de chêne. Contre clavier uni, « à pompe », parfaitement fonctionnel. Fusée en corne brune filigranée. Lame blanche, à deux tranchants et arrête médiane (81 cm), gravée au talon sur une face : » Coulaux et Cie Klingenthal »  ( très légères taches d’oxydation noire de surface, vers la pointe). Fourreau de cuir noir à deux garnitures en laiton ciselé et doré. La chape simplement décorée d’un filet souligné de palmettes, comporte un bouton en coquille Saint-Jacques et un anneau de bélière, tandis que la bouterolle avec son dard en lyre, est gravée d’une frise de lauriers et de plantes aquatiques. prix : 550 Euros....

Lire la suite..

Epée de cour d’enfant, fin du XVIIIème Siècle

Articles par à Mar 4, 2018 dans Epée, Slider | 0 commentaires

Epée de cour d’enfant, fin du XVIIIème Siècle

Très belle épée de cour destinée à un enfant, datant de la fin du XVIIIème Siècle. Monture en bronze ciselé et doré, entièrement sertie de cabochons de verre blanc et colorés, taillés à facettes. (quelques manques en ce qui concerne les petits cabochons blancs) Pommeau rond présentant au sommet un bouton de rivure. Il comporte sur chaque face, deux gros cabochons de verre de couleur verte. la fusée figure également sur ses deux faces, de larges médaillons de verre de couleur rouge. Le plateau de garde quadrilobé est gravé sur sa partie supérieure et uni sur le dessous. Lame triangulaire bleuie et dorée sur la moitié de sa longueur (il s’agit du ré-emploi d’une lame d’épée d’adulte, raccourcie et émoussée à la pointe. Bleu et or d’origine encore présents à 80 %, seulement quelque légères taches d’oxydation, pas de piqûres profondes). Foureau de bois recouvert d’une toile beige (quelques taches et auréoles), à trois garnitures en laiton ciselé et doré. (la chape comporte deux trous qui devaient supporter à l’origine une plaque ornementale sertie de cabochons de verre, comme on peut la voir sur la pièce intermédiaire). Les deux pièces supérieures du fourreau sont reliées par des chaînettes (quelque restes de dorure), à une verrouil en laiton estampé et doré, qui est munie au dos d’un crochet. Prix : 700...

Lire la suite..

Epée d’officier supérieur d’état-major, Premier Empire

Articles par à Jan 25, 2018 dans Epée, Slider | 0 commentaires

Epée d’officier supérieur d’état-major, Premier Empire

Très belle épée d’officier supérieur d’état-major, d’époque Premier Empire. Monture en bronze ciselé et doré (dorure d’origine présente à 70 %). Pommeau incliné, ciselé de lauriers et de feuilles d’acanthe. En partie basse et sur chaque face dans un cartouche, les « cigares » et foudres, attributs d’état-major. Branche de garde arrondie gravée d’une frises de lauriers. Elle comporte au centre et sur chaque face, une tête d’aigle dans un médaillon circulaire. Fusée à plaquettes de nacre. La plaquette extérieure est ornée en son centre d’un médaillon losangique présentant une épée brochant sur une couronne de lauriers. Plateau « aux lions affrontés » (une légère fêlure au dos), orné à profusion de lauriers ainsi que d’attributs militaires. Au centre, une couronne de lauriers entoure un profil de Napoléon en argent. L’attribut central d’origine de cette épée a été supprimé en 1814, suite au changement de régime politique. Mais durant les 100 jours, avec le retour de Napoléon, le propriétaire a opté pour une ré-actualisation politique de son épée. Pour ce faire, il a fait procéder au rivetage d’ une monnaie d’argent au profil de l’empereur. Cette méthode rapide et au moindre coût, semble d’ailleurs avoir été fréquemment retenue à l’époque (à rapprocher par exemple avec des exemplaires de sabres d’officiers d’infanterie de la Garde Impériale figurant dans diverses publications). Quillon à rouleau figurant une fleur. Lame triangulaire (77,5 cm) en patine grise, gravée au tiers, des classique fleurettes, et signée au talon  » Goze, Md fourbisseur à Metz ». Fourreau de cuir noir sur alèses, chape ciselée à bouton en palmette et bouterolle à boule unie. Prix : 950...

Lire la suite..