Epée

Epée civile « acier et or » d’époque Louis XV.

Articles par à Mai 8, 2016 dans Epée, Slider | 0 commentaires

Epée civile « acier et or » d’époque Louis XV.

Très belle épée de ville ou de cour d’époque Louis XV. Monture entièrement en acier. Pommeau globuleux surmonté d’une embase de rivure moulurée. Branche de garde arrondie et quillon sphérique. Pas d’âne fonctionnel et plateau en coquille bivalve. Fusée de bois entièrement filigranée de fils torsadés de plusieurs diamètres. L’ensemble de la monture est ciselée et gravée en ronde-bosse de volutes, palmettes et rinceaux. Tous les fonds ciselés « au sable » ont été dorés, contrastant ainsi avec les motifs en fort relief qui sont laissés au naturel. Forte lame triangulaire (84 cm de long pour 2,7 cm de large au talon)  en patine grise (quelques traces de gravures au premier tiers). Fourreau de cuir brun sur alèses (le cuir est un peu sec par endroits) à trois garnitures en fer découpées en accolades et décorées au trait. Les bords des garnitures sont également dorés. Prix : 1 000...

Lire la suite..

Epée d’officier d’état-major, d’époque Restauration.

Articles par à Mai 8, 2016 dans Epée, Slider | 0 commentaires

Epée d’officier d’état-major, d’époque Restauration.

Epée d’officier d’état-major d’époque restauration. Monture en bronze argenté. Pommeau gravé des attributs ailés d’état-major. Quillon plat ciselé d’une marguerite. Fusée d’ébène quadrillée. Clavier en demi-lune « aux lions affrontés » ajourés, figurant au centre les armes de France dans une couronne de lauriers reposant sur des glaives et des haches. De part et d’autre, deux casques antiques. L’ensemble est souligné d’une guirlande de feuilles de chêne. Lame « demi-espadon » (83 cm) gravée au tiers des classiques fleurettes, en patine grise (restes de dorure au talon et dans les fonds de gravures). Elle est marquée IS et C au talon (pour Johann Schimelbush et Cie de Solingen). Fourreau de cuir sur ossature bois, (ancien mais postérieur) à deux garnitures laiton argenté découpées en accolades et gravées au trait. Prix : 550 Euros....

Lire la suite..

Epée de ville ou de cour, début XVIIIe siècle.

Articles par à Mai 1, 2016 dans Epée, Slider | 0 commentaires

Epée de ville ou de cour, début XVIIIe siècle.

Très belle épée de ville ou de cour, d’époque régence/début Louis XV. Monture entièrement en laiton doré, de style rocaille. Pommeau, branche de garde, nœud de corps et plateau sont profusément ornés en ronde-bosse, de tambours et d’instruments de musique, le tout souligné de volutes et de filets. Fusée globuleuse filigranée alternativement de fils torsadés de différents diamètres et d’un ruban plat. Elle comporte deux bagues de fils tressés à chaque extrémité. Large lame (2,6 cm au talon  pour une longueur de 79,5 cm) en patine grise, à double tranchant et méplat central. Elle présente sur le premier tiers et sur chaque face, inscrits dans un cartouche, de nombreux motifs géométriques tels que des étoiles et des volutes, ainsi qu’une devise en latin. Fourreau de cuir brun sur bois (le cuir est un peu racorni par endroits) à deux garnitures laiton découpées en accolades et ciselées de rinceaux feuillagés. Prix : 1 000...

Lire la suite..

Epée d’officier modèle 1767.

Articles par à Avr 30, 2016 dans Epée, Slider | 0 commentaires

Epée d’officier modèle 1767.

Epée d’officier du modèle de 1767. Monture en laiton doré (Restes de dorure dans les creux de la monture). Pommeau en olive, strié verticalement, surmonté d’une embase de rivure. Branche de garde et quillon unis, soulignés de filets. Nœud de corps strié verticalement. Pas d’âne décoratif, non-fonctionnel. Plateau bivalve mouluré en pourtour et sur les deux faces. Fusée de bois entièrement filigranée comportant deux bagues en laiton gravé de filets à ses extrémités. Lame unie (74 cm), à double tranchant et méplat médian en patine grise. Fourreau de cuir sur ossature bois à trois garnitures laiton découpées en accolades et décorées au trait. les deux supérieures comportant des petits anneaux. Prix : 750...

Lire la suite..

Epée de sergent d’infanterie modèle 1767

Articles par à Avr 30, 2016 dans Epée, Slider | 0 commentaires

Epée de sergent d’infanterie modèle 1767

Epée de sergent d’infanterie modèle 1767. Monture entièrement en fer. Pommeau à bouton de rivure, branche de garde arrondie, quillon en boule et petits pas d’âne non fonctionnels. Coquille bivalve (oxydation et usures sur l’un des côtés) soulignée d’une moulure sur le pourtour. Fusée d’ébène à fines cannelures hélicoïdales et bagues simulées par gravure aux extrémités. Forte lame lenticulaire (8 mm d’épaisseur au talon pour 75 cm de longueur),en patine grise, comportant une gouttière sur chaque face au premier tiers. Prix : 500...

Lire la suite..

Epée d’officier supérieur d’état-major, époque premier Empire.

Articles par à Mar 18, 2016 dans Epée, Slider | 0 commentaires

Epée d’officier supérieur d’état-major, époque premier Empire.

Epée d’officier supérieur d’état-major, d’époque premier Empire. Monture de très grande qualité, entièrement en bronze ciselé et doré (98 % de la dorure originale est encore présente). Pommeau « en crosse » orné d’une feuille d’acanthe. Fusée à plaquettes de nacre striées horizontalement. Garde figurant un masque léonin en partie médiane et des rameaux de laurier de part et d’autre. Plateau en demi lune « aux lions affrontés » en partie haute. Il présente au centre, le buste d’Athéna, inscrit dans une couronne de lauriers, brochant sur deux épées et deux haches, le tout accosté de casques à l’antique. Lame triangulaire (78,5cm) gravée « IGB » au talon (pour Johan et Clemens Boegel à Solingen) puis des classiques fleurettes et trophées d’armes. Elle présente encore de bon restes de bleu et or d’origine sur le premier tiers. La seconde partie est en patine noire mais sans oxydation profonde (un léger nettoyage est à même de lui redonner un aspect proche de celui d’origine). Prix : 600...

Lire la suite..